La mission par la vidéo


Missionnaires, les écrits de Thérèse le sont.
Les pièces tirées de ceux-ci l'étaient.
Et maintenant voici un film vidéo.


"Vous m'appellerez petite Thérèse" est l'adaptation théâtrale par Michael Lonsdale des écrits de Thérèse de Lisieux. Cette pièce a maintenant quitté Paris pour tourner. Non seulement en province et à Castel Gondolfo devant un critique pontifical et théâtral des plus compétents, et qui a apprécié "une oeuvre d'une telle qualité". Mais aussi sous forme d'adaptation cinématographique.(1) C'est Anne Foumier, cinéaste de formation qui a eu l'idée de reprendre la pièce pour la vidéo alors qu'elle en assurait la régie. Elle signe là un fort beau premier film. Car il ne s'agit pas d'une pièce filmée comme on en voit régulièrement à la télévision. C'est un vrai film intimiste et sobre, qui fouille les détails, spécialement ceux que l'on ne voit pas au théâtre, et pourtant ne trahit en rien l'émotion de la pièce. L'éclairage, le cadre de la crypte Saint-Sulpice, les costumes, tout est identique. Et malgré le peu de déplacement et un décor des plus sobres, il y a là un rythme et un jeu visuel qui sont propres au cinéma. L'émotion est intacte, peut être même parfois plus perceptible du fait de l'absence de tout bruit parasite. Image et cadrages le plus souvent serrés aident à intérioriser les dialogues.

L'interprétation, quant à elle, est celle de la pièce : belle à en pleurer.

En bénissant la cassette du film, Jean Paul II disait : "je vois que Thérèse a décidé de continuer sa mission". Savait-il que l'affaire était déjà sérieusement entamée en ce qui concernait la femme qui lui tendait cette cassette ? Car l'histoire de ce film est aussi celle d'une conversion. Anne Fournier n'était à l'origine pas croyante. C'est petit à petit, en faisant partie de l'équipe technique de Michael Lonsdale, qu'elle a commencé à se poser des questions. Cette évolution a pris un tour plus insistant avec la pièce "Vous m'appellerez petite Thérèse". Non seulement soir après soir elle acquérait la conviction que cette pièce appelât une version filmée, mais au surplus elle était de plus en plus touchée par Thérèse et son message d'espoir.

 

Pierre FRANCOIS
pour France Catholique n°2662 du 16/10/98

(1) Dans les deux modes d'expression, les comédiens sont Lida Redouane (Thérèse), Françoise Thuriés (la Vierle Marie, Madame Martin, Pauline et Céline Martin et d'autres soeurs du Carmel), Michael Lonsdale (Monsieur Martin, le Saint Père Léon XIII,le jeune homme du bal).